Législation et Règlementation de l'Ayurveda en France (mise à jour 2020)

Ces dernières années, l’Ayurveda a suscité de plus en plus d’intérêt en France, notamment à travers ses méthodes corporelles comme le massage ou sa très riche pharmacopée. Néanmoins, la science ayurvédique n’est ni reconnue officiellement dans notre pays, ni enseignée dans les facultés de médecine...

Une médecine "douce "

En France, l’Ayurveda est une " médecine complémentaire ", " alternative " ou " douce "". Sa pratique se limite au seul domaine du bien-être, de la détente ou de la relaxation. C’est cependant oublier le but et la puissance réelle de la science ayurvédique.

Un système reconnu par l’OMS

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a en effet reconnu l’Ayurveda comme étant un véritable système de médecine traditionnel, défini de la façon suivante : " La médecine traditionnelle inclut différentes pratiques, approches, connaissances et croyances en matière de santé, utilisant des médicaments à base de plantes, d’animaux et/ou de minéraux, des thérapies spirituelles, des exercices et techniques manuelles, appliqués seuls ou en combinaison, dans le but de maintenir le bien-être ainsi que de traiter, diagnostiquer ou prévenir la maladie ".

Une science d’oppositions

Dans ce contexte, le médecin ayurvédique pratique cette science dans le but de traiter la maladie à travers la connaissance de la qualité des substances, en opposant le chaud au froid, l’humidité à la sècheresse, etc.

Un enseignement inexistant

La pharmacopée ayurvédique est elle-même illimitée et fait l’objet de nombreuses recherches et d’un grand nombre de publications scientifiques. Pourtant, en France, la médecine ayurvédique n’est pas enseignée dans les facultés de médecine.

Une pratique d’accompagnement

De plus, le professionnel de l’Ayurveda, qui n’est généralement pas médecin, ne peut pas accéder aux prescriptions et doit donc nécessairement se limiter à l’aspect préventif et bien-être de l’Ayurveda. En tant qu’éducateur de santé en Ayurveda, il se doit de respecter la limite de ses connaissances et d’intervenir uniquement au niveau de l’accompagnement de l’individu, dans la connaissance et la prise de conscience de son corps, de son mode de fonctionnement et l’amélioration de son équilibre intérieur.

Source Association AYURVEDA FRANCE, Atreya Smith, texte rédigé en 2020

aum%20calligraphie%20(2)_edited.jpg

Charte et Déontologie

Accompagnement - Conseil

Pratique corporelle en soins ayurvédiques

Pratiques Énergétiques en soins ayurvédiques

Ces prestations ne sont associées à aucune technique de kinésithérapie, aucune technique médicale ou gymnastique ré éducative.
Ces techniques ne remplissent en aucun cas les fonctions liés aux massages kinésithérapeute (Art.1er du décret N°96-879 du 8/10/96).

Le praticien ayurvédique n’est pas un médecin, et les conseils prodigués ne remplacent en aucun cas l’avis médical, les traitements médicaux ou paramédicaux. Conformément aux décret n°96-879 du 8 Octobre 1996 et n°2000-577 du 27 juin 2000